Nettoyage et entretien à pas cher

J’veux qu’ça brille !

Ahhh, nettoyer sa belle, un véritable acte amoureux... Et pas évident à bien faire !

JPEG Bon, tout d’abord désolé mais on va oublier le Kärcher. A part à enlever la boue je vois pas à quoi ça peut servir : ça nettoie que dalle. La pellicule grasse, la graisse et le gros des moustiques resteront confortablement installés sur la moto et ça peut niquer certains joints ou tordre les ailettes du radiateur. A utiliser éventuellement pour un pré décrassage soigneux et sommaire, avant de se cracher dans les mains et de sortir d’huile de coude.
Prêts ? A l’attaaaaque !

Les différentes matières que l’on trouve sur une moto se nettoient de façons différentes. On va donc voir quel nettoyage semble le plus approprié dans chacun des cas. Mais avant tout, voici...

L’ordre à suivre

- On commencera par tremper les parties redécorées par les insectes écrasés. Cela facilite énormément le nettoyage de ces zones par la suite.
- On s’occupe ensuite des jantes et du kit-chaîne, dont la graisse et autres traces de goudron s’enlèvent mieux sèches.
- On nettoie ensuite les carénages et autres parties sensibles pendant que l’eau du seau n’est pas encore trop sale.
- On remet un petit coup sur les jantes pour nettoyer une éventuelle couche grasse laissée par l’utilisation de pétrole.
- On nettoie les autres parties mois sensibles.
- On arrose à l’eau claire pour enlever l’eau moussante.
- On laisse sécher et on fait briller et protège.
- On graisse la chaîne et ce qui doit l’être et on vérifie les niveaux.
- On va se faire faire un bon massage bien mérité. Après l’avoir délaissé de longs moments auprès de notre maîtresse, il n’est toutefois pas sûr que notre compagne accepte de nous en faire un, même si elle est de bonne composition...

Les parties lisses peintes, vernies, anodisées ou en plastiques

Toutes les parties sensibles aux microrayures et souvent exposées aux moustiques (carénages, bulle) ou à la graisse de chaine (jante, passage de roue).

Les zones graisseuses. Comme les jantes. Les dépots graisseux s’enlèvent mieux moto sèche. La jante arrière est salie par les projections de la chaîne (si on ne goûte pas aux joies du cardan ou de la courroie ). La jante avant est normalement plus propre mais peut aussi avoir reçue du goudron. Deux écoles pour nettoyer, préventif ou curatif.

- Curatif : on nettoie soit avec du produit spécialisé (mais cher) soit à l’essence ou pétrole (vendus en bidons de dégraissants à métaux dans les grandes surfaces : c’est pas cher et super efficace). On l’appliquera de préférence sur un vieux tee shirt ou du papier non agressif (PQ, mouchoirs). On peut utiliser du sopalin si la jante n’est pas brillante ou vernie, sans quoi on risque de la microrayer. Attention à ne pas mettre de pétrole sur les disques de freins ou les pneus ! On peut les nettoyer à l’essence si ça arrive. Le pétrole est souvent plus efficace que l’essence pour les traces difficiles. Ces produits étant cancerigènes il faut se protéger les mains lorsque l’on s’en sert. La méthode la plus saine est la suivante :
- Préventif : une fois la jante propre on lui applique une couche de polish ou de cire (de la cire d’abeille pour nettoyer les meubles fera parfaitement l’affaire). Ainsi lorsque la jante se salie les dépots y adhère beaucoup moins bien et, à condition de le faire régulièrement, on pourra nettoyer la jante d’un coup de chiffon (un vieux tee shirt fera bien l’affaire). Attention à ne pas en mettre sur les pneus ou les freins !

JPEG Les zones moustiquées. Ça c’est vraiment la plaie. Ils peuvent être extrêmement emmerdants à enlever et peuvent marquer le carénage ou la bulle si on y a laissé trop longtemps leurs sales petites gueules éclatées. La brosse est très efficace mais a tendance à laisser des microrayures (souvent on appuie trop fort, musclors que nous sommes ), on la réservera donc plutôt au reste de la moto. La main dans un bas ou un collant trempé tout comme le papier journal mouillé sont deux méthodes qui fonctionnent correctement mais qui sont décidément trop chiantes en pratique pour me convaincre. Reste l’éponge mais parfois faut un peu frotter (pas trop fort sinon tu microrayes, ’spice di zouave ).
En fait le plus simple, pour ceux qui possèdent un jet d’eau, est tout simplement de nettoyer ces parties à la main. Sinon on fait trempette dans un seau d’eau chaude mélangée à du liquide vaisselle pour tout nettoyer. Les petites taches de graisse ne résistent pas longtemps. On peut aussi utiliser des produits spécialisés à pulvériser, mais c’est plus cher et pas vraiment transcendant : vive l’avarice !
On notera que le nettoyage sera bien facilité si on les trempe quelques temps avant de s’en occuper (ça les ramolli). Mais pour bien faire, il faut les virer dès qu’on rentre de balade (et tu me graisseras aussi le kit chaîne ) et éviter de passer plus d’une semaine sans le faire. Une simple éponge ou tissu imbibé d’eau suffit (on peut le laisser dessus pour les décoller plus facilement le lendemain si on est crevé). Fais le test, c’est autrement plus facile. Un dernier petit truc est de mettre de temps en temps de la cire ou du polish (spécialisé ou fée du logis) sur les parties sensibles après les avoir nettoyé. En plus de leur redonner l’aspect du neuf, ça les protège et le film déposé facilitera grandement le nettoyage par la suite (comme pour les jantes).
Si les moustiques sont restés suffisament longtemps sur le carénage pour le marquer (je t’avais pourtant prévenu ! ), on peut faire disparaître leurs traces avec des produits antirayures. Ces produits polissent en fait très légèrement le vernis et font parfois des miracles. Vu leur côté quelque peu abrasif, mieux vaut s’en servir avec parcimonie (au moins sur la même zone ). On notera que les résultats peuvent être aléatoires d’une marque à l’autre.

Les parties non lisses, non peintes

Comme le moteur, les pots, la protection de réservoir, le radiateur...

À la brosse trempée dans un seau d’eau chaude mélangée à du liquide vaisselle. Il existe des brosses de toutes les formes pour parvenir à nettoyer les plus petits recoins et on peut même choisir leur couleur : trop cooool. Pour les endroits que l’on ne peut toujours pas atteindre on peut y pulvériser du nettoyant à freins pour les dégraisser. Pour les traces sur l’alu on peut utiliser Belgum alu, qui marche souvent assez bien (mais ça peut être long) ; c’est une sorte de pâte à polir.
Puis un éventuel coup de brosse sur les jantes afin de parfaire le travail en virant les dernières irréductibles petites merdes qui résistaitent encore et toujours à l’envahisseur. On enlève aussi ainsi la pellicule grasse déposée dans le cas d’un nettoyage au pétrole. Dans le cas de jantes à rayons, on peut enlever les éventuelles tâches de rouille en les frottant doucement avec de la laine de roche ou à défaut une éponge métallique (plus agressive). Et un autre coup sur le radiateur pour virer les moustiques incrustés dans les ailettes.

La transmission secondaire

JPEG Si tu fais partie des chanceux possesseurs de cardan ou courroie tu peux aller te reposer. Ceux dont la moto est doté d’un kit chaîne devront par contre y porter une attention particulière. Il y a beaucoup à dire sur son entretien et cela fait l’objet d’un article à part entière. Disons rapidement que les meilleures graisses sont celles en bombe, qu’il vaut mieux l’appliquer lorsque la chaîne est chaude (au retour d’une balade, et tu me vireras aussi les moustiques ) et qu’il faut nettoyer régulièrement la chaîne et veiller à sa tension pour lui garantir une bonne longévité. Si tu veux en savoir plus l’article dédié t’attend...

Une fois toute propre

On la rince bien au jet d’eau ou à l’éponge imbibée (pour les malheureux la nettoyant dans leur garage), sinon, à la première pluie c’est moto mousse ! On n’oublie pas de rincer les pneus aussi. On la laisse sécher (c’est pas long) ou on l’essuye (vieux tee-shirts...). Après c’est la finition : cire, fée du logis ou polish spécialisé (ça rends les premières attaques de moustiques plus facile à enlever et ça fait briller). On l’applique avec un chiffon en coton (ou un vieux tee shirt). En mettre sur la selle la rends glissante : y’en a qui s’en servent pour bouger plus facilement sur la moto !

Tableau récapitulatif :

Matière / ElémentMéthode de nettoyage dlabaaalle approved
Graisse sur métal Le gros s’enlève à la spatule, puis on utilise de l’essence ou du pétrole et une brosse et on peaufine au sopalin. Le pétrole laisse une couche grasse et est donc moins agressif envers les plastiques et joints.
Graisse sur plastiques L’eau chaude et le liquide vaisselle suffisent généralement. Pour les coins bien crades (passage de roue), on y va avec des chiffon en coton ou des mouchoirs imbibés d’essence ou pétrole. On nettoie à l’eau par la suite. Pas de sopalin, qui raye les vernis.
Traces de colle L’acétone semble bien marcher mais est dangeureux. Le polish marche aussi mais j’ai pas essayé. En fait on peut tamponner la colle avec du scotch américain ou utiliser du dissolvant à ongle, de l’eau écarlate ou de l’ether (ces deux derniers ne m’ont pas convaincu).
Kit chaîne A la brosse ou au pinceau trempé dans du pétrole, finition au sopalin et on laisse sécher avant de regraisser.
Moustiques On les trempe pour qu’ils se ramollissent et on les nettoie à la main. Plus agressif avec une brosse (risque de microrayures). L’eau est idéalement chaude et mélangée à du liquide vaisselle. On polishe pour que les suivants n’adhère pas trop.
Bougies Avec une brosse métallique, on brosse vers le bas, avec la l’électrode de la bougie vers le bas aussi pour ne pas avoir de particules metallique (conductrices) qui rentre dedans.
Pot / collecteur Si le nettoyage classique à l’essence / pétrole ne suffit pas, on peut vaincre les dernières taches en le frottant avec de la laine de fer, voir une brosse metallique (mais ça raye un peu).
Peinture La peinture normale (pas l’époxy) non vernie s’enlève facilement avec du white spirit.
Rouille On enlève le gros à la brosse métallique et à la laine de fer. On peut éventuellement repeindre la pièce une fois celle ci nettoyée avec du papier à poncer.

AUTRES ENTRETIENS

Équipement. Le casque et les cuirs (pantalon, gant, bottes, veste) se nettoient facilement à la brosse trempée. Je n’ai pas constaté de microrayures sur le casque (mais bon... ). Pour garder parfaitement nette la visière, le mieux est de la nettoyer à la main (à l’ongle). Le reste la raye le plus souvent (surtout pas de sopalin). On peut laver l’intérieur de son casque au savon et à l’eau s’il n’est pas démontable, mais il faut absolument le sécher (sèche cheveux), sinon il risque de puer l’humidité (c’est atroce ). Pour ce qui est des bombes spécialisées, je ne peux vraiment pas dire qu’elles m’aient convaincu...
Nettoyer souvent ses fringues empèche les moustiques (et la pollution, amis de la RP) de les dégueulasser définitivement. Le cuir peut être entretenu avec soit de la graisse de phoque, soit du mixa bébé. Certains gants détaignent (pluie, transpiration) : bien fait pour toi, t’avais qu’à pas acheter de la merde ! Dainese et la plupart des marques n’ont pas ce problème.

JPEG L’huile. Et pourquoi pas de l’huile auto de chez carrefour ? Ben ça marche, mais après c’est pas sans défaut. La base de l’huile auto et moto est la même, mais l’huile moto répond à des contraintes spécifiques. Elle sert aussi à lubrifier la boite (qui a tendance à broyer l’huile) et doit empêcher l’embrayage de glisser (s’il est en bain d’huile). Pour ce faire on lui a ajouté des additifs, et ce n’est donc plus la même huile. La différence en termes d’agrément de la boite de vitesses et d’accroche de l’embrayage peut être sensible. Après c’est à chacun de voir. Niveau synthèse et semi synthèse, la synthèse est mieux car le film d’huile est plus résistant à la chaleur (hauts régimes, canicule...) et est plus présent au démarrage (là où l’on a le gros de l’usure). Mais si on a une moto pépère, ou qu’on prends pas de tours, ou je sais pas moi, ça ne se justifie pas forcément. Par contre, si le moteur subit des contraintes (souvent à donf, mécanique poussée ou vieille et fragile), là vaut mieux pas radiner.
La consommation maximale considérée normale par beaucoup de professionnels moto est de 1 litre d’huile au 1000 km. Dans le monde réel, au delà de 0,5 c’est énorme.

La richesse. Oui, oui, faut des thunes pour rouler en moto. Mais là je parle du mélange air essence (rapport stœchiométrique, idéalement de 14,7 g d’air pour 1 g d’essence, soit dit en passant)... Il arrive parfois que la moto pétarade en deccélérant (principalement celles à carbus), voire fasse de gros PAF. C’est souvent le cas lorsque la richesse est trop pauvre (déjà à l’origine les motos ne sont pas super riches pour des histoires de pollution). Il peut alors être bon pour le moteur (et moins bon pour la conso) d’enrichir un poil (réglage des carbus ou remappage de l’injection). Le mélange est souvent modifié (et la richesse nécessitera donc d’être réajustée) lorsque l’on change un silencieux, une ligne complète ou le filtre à air. Certaines motos (Ducati pour ne pas les nommer) nécessitant le remplacement pur et simple de la puce gérant l’injection pour adapter la richesse, à vil prix bien sûr.

Les pneus. Là encore il y a beaucoup à dire dessus et cela fait l’objet d’un article à part entière. En bref :
- La fine couche de parafine nécessaire à leur démontage à l’usine implique de les roder. Pour cela il faut prendre de l’angle progressivement et y aller mollo sur les gazs. Si on habite à côtés de virolos, une dizaine de kilomètres peuvent suffir à les roder. Dans le cas contraire on peut faire des zigzag pour enlever la couche glissante. On passe pour un naze, mécépagraaav.
- La pression doit être faite le plus régulièrement possible. Cela se fait pneus froids (l’air chaud accroît la pression d’environ 0,3 bars) et on peut l’adapter selon l’usage : piste, route ou duo. Les préconisations des constructeurs Japonais sont souvent faites pour de l’autoroute en duo à fond (ex : 2,5 bar à l’avant et 2,9 à l’arrière). Si c’est très correct la plupart du temps, il fait diminuer ces pressions en usage intensif, par exemple 2,2 avant, 2,5 arrière, voir moins si la moto est légère (ce sont d’ailleurs les pressions préconisée par Ducati, KTM et sûrement d’autres). N’oublie pas qu’un pneu peut perdre en pression, mais jamais en gagner.
- Le descriptif du pneu est noté, par exemple, 120/70 ZR 17. 120 est la largeur en mm du pneu. 70 est le rapport largeur / hauteur jusqu’à la jante. ZR est la vitesse maxi autorisée par le pneu (ici + de 240). 17 est la taille de la jante en pouces (1 pouce = 2,54 cm) pouvant recevoir ce pneu. Il m’est arrivé qu’un mécano le mette à l’envers (une flèche indique le sens de rotation), vérifie le donc après montage. Ils s’usent souvent plus à gauche (et à droite en Angleterre). Ronds points, virages à gauche plus faciles à prendre et inclinaison de la chaussée sont les raisons probables.
- Il existe deux sortes de pneus : les pneus à chambre et les pneus tubeless. Ces derniers nécessitent des jantes spéciales pour assurer l’étanchéité de l’air. On peut mettre des pneus tubeless sur une jante non prévue pour, mais il faut alors garder la chambre à air. Le couple pneu et jante tubeless offre l’avantage de se dégonfler doucement lors d’une crevaison (la moto devient lourde et résiste à la mise sur l’angle). On peut dans ce cas rouler un peu en le regonflant régulièrement.

Les serrures. Dans le cas d’une serrure qui se grippe le mieux est de mettre un lubrifiant à sec comme le graphite (de la poudre de crayon papier quoi) plutôt que du WD 40 ou de l’huile 3 en 1 qui marcheront mais qui risquent d’encrasser le mécanisme. Mais laissons à BenoiX le soin de nous expliquer :
"Le grippage, c’est tout simplement qu’en l’absence de lubrifiant, il y a trop de frottement entre les différentes petites pièces du mécanisme, et ça ne parvient pas à s’actionner correctement. Pas besoin de corps étranger comme de la rouille pour gripper un mécanisme. Bien sûr s’il y a de la rouille, ce sera pire !
Pour les propriétés lubrifiantes du graphite, ça vient de la structure microscopique de ce matériau : le graphite a une structure cristalline en "couches superposées", un peu comme un millefeuille. Ces couches facilitent le glissement (elles glissent les unes sur les autres). Et le gros intérêt c’est que ça lubrifie à sec (rien de sale là-dedans, n’essayez pas les mines de crayon pour des applications non recommandées, les accidents sont vite arrivés ), sans corps gras et poisseux, ce qui est particulièrement important pour un petit mécanisme comme une serrure. Si tu mets de l’huile ou de la graisse, toutes le petites poussières qui passent dans les environs vont s’agglutiner dedans, et tu vas tout encrasser."

Pour enlever les autocollants (Avertissements constructeur, nom du concessionnaire, etc...). Le mieux est le sèche cheveux. Ça marche aussi pour les autocollants réfléchissants du casque. Les peintres moto enlèvent d’ailleurs les autocollants du carénage en les faisant chauffer avec de grosses lampes infrarouges. Mais il peut rester quelques traces de colle. C’est aussi le cas sur les jantes après un changement de pneu, où reste cette vilaine colle des plombs d’équilibrage qui ont été déplacés. On peut l’enlever à l’ongle tout simplement ou bien on peut tenter le dissolvant sans acétone pour vernis à ongles que ta femme possède forcément (attention à toujours faire un test avant, la peinture de la jante arrière de ma CB 500 n’a pas aimé !).
Mais la solution la moins agressive que je connaisse et applicable a toute trace de colle est de tamponner la zone avec du scotch américain (le gros scotch épais). Je n’ai pas trouvé de produit miracle, si tu en connais un je suis preneur... (on m’a soufflé l’ether).

Divers. Les vidanges moteur et les changements de plaquettes de freins sont vraiment super facile à faire alors n’hésite pas à t’équiper de quelques outils. Pour en savoir plus plonge toi dans les articles dédiés.

JPEG * Si la moto refuse de démarrer, il faut d’abord vérifier le coupe circuit (bouton rouge), puis le contacteur de béquille et si les cuves de carbu sont vides (il faut mettre l’arrivée d’essence en PRI pour les remplir). On peut par la suite démonter les bougies et regarder si elles fonctionnent (en les mettant en contact avec la culasse).
* Dans le cas d’un silencieux à absorption il convient de changer la laine de roche environ tous les 20000 km pour diminuer un poil son bruit à bas régime.
* On peut offrir une deuxième vie à un collecteur rouillé en le repeignant. Une fois nettoyé / brossé, un ou deux coups de peinture pour chaudière en bombe suffisent. J’en ai mis un repeint sur ma ZXR, faut pas s’inquiéter si ça fume aux premiers démarrages.
* Les valeurs données par un passage au banc ne signifient rien seules. Des bancs différents donneront des chiffres différents. Un simple pneu ou chaîne fatigué suffit pour modifier le résultat. Un banc sert surtout à regarder la régularité d’une courbe de puissance suite à un réglage ou à faire des comparaisons après modifications.

BARBARES

Passage des vitesses à la volée. A un certain régime (plutôt dans les tours), on coupe les gazs et on monte la vitesse en même temps sans toucher à l’embrayage. On a annulé le couple permettant aux crabots de verrouiller les pignons de boite (c’est ce que fait l’embrayage). Cela a permis de désengager puis de changer la vitesse. Ça n’abime strictement rien si c’est bien fait, et c’est d’ailleurs en coupant brièvement l’allumage que certain shifters fonctionnent. Ça sera plus dur sur certaines boites lentes (Moto Guzzi, Buell), mais pas impossible pour autant. Par contre il est bien plus difficile de les descendre.
Cela dit, je ne vois pas trop l’intérêt de la chose ailleurs que sur circuit.

JPEG PAF au coupe contact. Ça abime surtout le pot, où l’explosion se produit. En coupant / remettant le contact, on envoie des gazs non brulés dans l’échappement. Lorsqu’une explosion se produit dans les cylindres, les gazs brulant sortant lors de l’ouverture des soupapes d’échappement déclenchent la combustion des gazs se trouvant dans le collecteur ou le silencieux. Le PAF est en fait le bruit de la détente des gazs à la combustion, qui dépasse alors le mur du son.

Trop faire chauffer la moto sur la béquille. C’est sensé créer des points chauds néfastes pour le moteur. C’est peut être possible avec un moteur à refroidissement par air, mais ça me semble plus difficile avec un moteur à refroidissement liquide. Les calories du moteur circulant avec l’huile et l’eau je ne vois pas bien dans quelle partie cela se produirait. Dans le doute, inutile de trop faire chauffer le moteur au démarrage. Il est le plus souvent à peu près chaud (Gaaaz ! ) après 5 km ou 5 minutes de roulage par temps normal après avoir un peu chauffé sur sa béquille (jusqu’à une quarantaine de degrés si on connait la température). Parfois on le sent à sa réponse aux gazs ou à ses vibrations. Il existe des bouchons de réservoir d’huile intégrant un thermomètre (Hein Gericke en proposait un).

Zapper le rodage. Heu, à éviter. Il est le garant des bonnes performances à venir de la moto (entre 5 et 10 chevaux de différence sur une grosse sportive) et de sa longévité. Le rodage sert à polir les pièces en mouvement du moteur. Pour ce faire, elles doivent chauffer (se dilater) puis refroidir. Il ne faut donc pas rester à un même régime (genre l’autoroute). Et il vaut mieux bourriner un peu que faire forcer le moteur. Dépasser le régime recommandé n’est pas une mauvaise chose tant que ça reste sur un court instant. Voxan fait d’ailleurs tourner ses moteurs à fond sur une courte durée pour voir la puissance et vérifier que tout fonctionne (c’est fait après une periode de chauffe assez technique). Les cylindres modernes reçoivent des traitement spéciaux les rendants plus résistant à l’usure (et impossible ou très difficile à réaléser). Cette résistance implique que le rodage soit fait sur une plus longue période pour pouvoir tirer la quintessence de sa belle. 2000 km est un minimum pour avoir un moteur correctement rodé. Beaucoup de mécanos considèrent qu’un moteur l’est réellement à 5000 km, donc mollo d’ici là. Il ne faut pas non plus oublier de roder les pneus et les freins (tout doux au début ).

JPEG Lui mettre dans la gueule à froid. S’il y a bien une chose qui fatigue sérieusement la moto et qui entame sa durée de vie, c’est de ne pas la laisser chauffer avant. 80% de l’usure d’un moteur se produit à froid. Les pièces n’ayant pas atteind leur température de fonctionnement, elles ne s’ajustent pas idéalement et fatiguent plus vite. Les cylindres peuvent finir par s’ovaliser. Le même problème apparaît si le moteur est trop chaud. Une consommation d’huile élevée est souvent un signe d’usure.

Mais les blaireaux qui le font s’en foutent puisqu’ils revendent leurs motos de 3000 km à la fin de l’été.

Faire des rupteurs. TI-TI-TI-TI-TI. C’est normalement sans incidence sur la mécanique en dynamique et à chaud. Après tout c’est fait pour la protéger. Maintenant en statique ça peut faire surchauffer le moteur. Et à froid j’en parle même pas (voir le paragraphe du dessus ).

NB : Si tu attends expressément une réponse envoie-moi plutôt un mail ... Ils sont beauuux mes smileeeys !!!
MESSAGES
Le 15-08-2016 à 02:45:27

Euh, nettoyer le pétrole qui aurait coulé sur les pneus avec de l’essence ??

A ma connaissance le pétrole n’attaque pas le caoutchouc tandis que l’essence oui !

Renaud
Le 28-12-2015 à 06:57:30

https://www.zalando.ch/schuhe/

https://www.zalando.ch/schuhe/

https://www.zalando.ch/schuhe/

https://www.zalando.ch/schuhe/

dfghdjg785

fhffgvf
Le 30-11-2015 à 08:59:08

Découvrez nos <a href="http://www.laredoute.ch/pplp/100/49... ; en ligne, une large gamme de <a href="http://www.laredoute.ch/pplp/100/49... ; modèles de chaussures <a href="http://www.laredoute.ch/pplp/100/49... ; allant desescarpins aux <a href="http://www.laredoute.ch/pplp/100/49... ; boots et bottines, tennis, <a href="http://www.laredoute.ch/pplp/100/49... ; baskets hautes et baskets <a href="http://www.laredoute.ch/pplp/100/49... ; basses pour un look décontracté <a href="http://www.laredoute.ch/pplp/100/49... ; ou pour le sport. Pour les <a href="http://www.laredoute.ch/pplp/100/49... ; vacances et l’été : large <a href="http://www.laredoute.ch/pplp/100/49... ; choix de sandales <a href="http://www.laredoute.ch/pplp/100/49... ; compensées. fgdsgd542

aqQWw
Le 16-09-2010 à 17:43:16

Méga génial ce site.

Quel boulot cela doit être. Félicitations ! Moi qui essaye vainement de créer 4 malheureuses pages "html" depuis des mois pour raconter mes 15 années passées sur des 125 !!!

Un produit que j’utilise comme le fait "jud lamy" avec son W40 est le silicone en bombe. Une fois la moto parfaitement nettoyée, j’en vaporise partout : plastiques, parties métalliques (réservoir, moteur, pots), instrumentation, rétros, jantes, etc, etc. J’essuie ensuite légèrement les plastiques et le réservoir avec du coton à polisher. Je laisse le produit ailleurs (notamment toute la partie cycle) sans l’essuyer. Tout est brillant, les couleurs sont plus profondes, les micro rayures estompées. Inconvénient, les poussières et saletés s’accumulent plus vite sur le silicone. Mais il sera ensuite tellement plus facile de nettoyer toute la moto au jet.

Je précise que j’habite Toulouse et que je ne perds pas espoir de te croiser à un feu.

Bonne route.

A bientôt, j’espère.

MO

MO
Le 21-11-2009 à 20:36:36

Salut super article !

Pour la colle le white spirit est top , et beaucoup moin dangereux que l’acétone !

stef-apneist
Le 15-01-2009 à 23:06:10

+10 pour la WD40, sa ma permis de proteger le collecteur de ma cb 500 apres un polissage a nue (pour enlever toute la rouille ). Sa fait un an que je l’ai fait et pas une trace de rouille et je roule par tout les temps !!!!

Dju
Le 17-06-2008 à 11:24:46

Au cas où, pour les autocollants moi ça part niquel avec du WD40 (en fait c’est un produit miracle ce truc, ... on peut tout (presque tout faire avec) ça enlève aussi quelques traces de goudron et de graisse, ça fait briller les jantes, certaines parties du moteur (ne pas en mettre trop parce que à chaud ça pue quand même), bref, ça le fait pour pas mal de truc

Par contre on ne doit pas en boire

jud lamy
Le 05-05-2008 à 12:04:29

Pour enlever les traces de colle, il y a également l’essence F qui est très performante.

Le top c’est si on a un pote qui a un pressing, on, lui taxe un peu de "perchloréthylène" qu’il utilise dans sa machine de nettoyage à sec. C’est ultra performant et surtout pas agressif avec les peintures ou les plastiques...

Spawn

spawn68640
Le 10-04-2006 à 15:04:32

Sympa ton site !!!

Des articles bien rédigés, avec une pointe d’humour, j’aime bien !

Bonne route

tutubandit
Le 03-11-2005 à 15:54:55

Si, si... *^_^*

Stœchiometrique, non ?

C’est corrigé en tout cas. Merci !

dlabaaalle
[1]