LA moto indécente ! J’adore.

JPEG La 950 Supermoto est à l’essai, le temps est bien agréable... bon, je crois que la grasse mat’ attendra. Le concept m’intéresse et j’avais envie de réessayer encore une fois le moulin de la 950 Adventure. J’accroche moyennement sur le look mais le grief principal des mecs en supermot à l’égart de leur destrier étant le manque de watts et la faible polyvalence, savoir si KTM avait réussi le supermot ultime me taraudait.
Bon je vais pas te faire attendre, la réponse est OUI. Ou presque. Elle fait plutot grosse pour un supermotard mais on l’oublie completement en roulant. Le chassis est d’une facilité impressionnante et est moins nerveux que la Super Duke (que j’ai réessayé par la suite). Les suspensions sont un régal, hyper confortables sans faire cheval à bascule, absorbant toutes les irrégularités et semblaient bien réglées (contrairement à d’autres constructeurs, KTM soigne cet aspect). La moto ne résistait pas au changement d’angle, et pourtant niveau angle j’ai eu ma dose ; mais je bougeais un peu plus dessus que sur la Super Duke. Pas de problème de garde au sol, même si je pense que je ne devais plus être très loin. Maniable et mettant en confiance comme un supermot, on est sur un jouet, oui, mais qui pulse graaave !
"- Ouaip, mais un supermot, c’est aussi une super freineuse !" Rien à dire non plus de ce côté, KTM nous a gâté. L’avant est confié au Brembo PR de la Super Duke (une tuerie je rappelle), relié à des étriers Brembo radiaux par une durit avia. Du beau monde quoi, et je veux qu’on me présente celui qui pense que ça freine pas top ! Le mordant n’est pas déstabilisant, mais si on insite, l’enfer se déchaine ! J’ai pas freiné une seule fois à fond et malgré ça l’arrière a trouvé le moyen de délester. A l’arrière toujours, le frein est moelleux et progressif, dosable et puissant, irréprochable.
"- Okay, et elle lève facilement ?" Ben c’est bien simple, j’ai pas arrété de taper des wheels en deux (dont quelques uns dont je suis pas mécontent ), simplement en coupant remettant les gazs. On la lève super haut et l’allonge donne du temps pour jouer. Que du bonheur !
"- Le tableau idéal quoi ?" Presque. Les motards turbulents ne peuvent pas redescendre de cette moto sans avoir le sourire. Pourtant quelques points sont génants. En premier lieu, l’absence de compte-tours, qui ne m’a pas permis de voir comment vit le moteur. Il m’a semblé assez souple, commence à prendre ses tours puis passe un cap et la patate débarque en force et rondeur avant de s’essouffler, à la manière de la DRZ. Par contre les amoureux du senti des pistons passeront leur chemin, elle n’en offre presque pas. Ca sera ma grosse frustration, moi qui avait adoré les sensations délivrées par ma Duke.
En deuxième lieu la moto tire assez court. J’ai pas essayé de voir la vitesse max mais je doute que ce soit au dessus des 200. J’imagine que ce ne doit toutefois pas être pour déplaire à certains puisque le choix du supermot se fait aussi souvent pour rouler moins vite. Et l’absence de protection ne rendra pas les hautes vitesses facile non plus. Pour le reste la position est très naturelle, la selle confortable m’a t’il semblé (en tout cas plus que celle de la Super Duke), les rétrovieurs petits mais très efficaces, les leviers règlables par une molette et non par une vis. Le tableau de bord est simpliste : température, vitesse, voyants et basta. On est là pour l’attaque !
"- Et par rapport à la Super Duke ?" Mon CR va être mis à jour. Brièvement, aussi péchue, tire plus court, est plus douce à la remise des gazs, lève bien plus facilement, à peine moins routière, plus confortable, presque meilleur freineuse, moins bon son. Mais entre les deux je ne saurais pas laquelle choisir. Il me manque un bon senti du moteur pour craquer et un autre problème m’a aussi frustré, en remettant les gazs après les avoir coupé pour la lever, une fois sur deux il y avait un trou qui donnait une réponse paresseuse (bizarre). Le passage de la 3 en roue a aussi échoué dans un craquement sinistre... Et si les suspensions sont bien réglées, le reste est perfectible, comme sur ma Duke les pédales étaient mal mises (trop haute d’un côté, trop basse de l’autre) mais peut être est-ce la faute du concess ?
Certes, ma R1 me semble plus péchue à tous les régimes, mais ça ne m’a pas empéché de tomber amoureux de cette arme pour enfants turbulents. Facile, puissant, coupleux, joueur, un chassis de fou, voilà une autre machine indécente proposée par un constructeur n’ayant décidemment aucune pudeur... Une supersupermoto. J’adôôôre.

04/06. Allez, je fini les orange days en me refaisant un tour de Supermoto 950. Au démarrage y’a pas photo, la Super Duke fait un plus joli bruit. La position est bien droite, la selle toujours confortable, on arrive à se contenter des petits rétros. Le levier de frein est toujours aussi suceptible, plantant la roue avant dans le sol au moindre regard déplaisant. Non, il est vraiment super de puissance et de progressivité, c’est LA référence actuelle.
Cette fois je ne suis pas de trop près JC, histoire de pouvoir faire le con tranquillou. Mais je suis un peu noyé dans le groupe et j’ose pas trop planter des freinages (d’ailleurs qui les arroserait ?) ou taper des roues (tape ta roue, si tu sais pas pourquoi, elle, elle le sait). Et puis que vois-je au loin ? Mais oui mais oui, ce poil luisant, ces grandes oreilles... Un lapin ! Allez, je gaaaze pour rattraper JC (on est encore dans la partie qui tourne pas trop). Je me rends compte alors que la Supermoto n’est pas à l’aise quand ça va trop vite, louvoyant un peu trop à mon goût (ou alors c’est le grand guidon ? Je ne crois pas). (05/06. Peut être que je m’accrochais trop au guidon...)
Fi, on rattrape père dodu. Mmm, un bon gros lapin cannibale en Gex 1000 2001, bien sûr de lui, qui ne cherche pas à nous larguer en ligne droite et qui attends la virole pour nous bouffer. On sort de ville, on passe quelques bouts droit ou le lapin se traine un peu quand même. Bon on double, les virolos sympas arrivent, tartine time ! Et pif et paf et repif et repaf le lapin nous suis et JC (en Z 750) et moi faisons frotter nos brèles (ah ben oui ça frotte une Supermoto). Petit bout de ligne droite qu’on ne passe pas à bloc et où ce traître de lapin se tire. Il double une caisse un peu à l’arrache et coupe un peu trop ses virages, on le laisse filer (on te fera mijoter une autre fois).
On entame le retour, j’en profite pour jouer un peu et la 950 se révèle toujours aussi facile en deux, sans avoir le problème d’engorgement comme la fois précédente. J’essaye ensuite de renifler le piston, et si elle ne le pue carrément pas on arrive à le sentir un peu quand même. Peut être qu’avec un pot les palpitations seraient plus sensibles. (05/07. Après essai d’une moto équipée, je confirme : pot + petit pignon et c’est d’la baaalle.) Le moteur est toujours aussi sympa, tirant bien court, tout en rondeur. Un petit compte-tours serait toujours le bienvenue.
Elle m’a encore fait flasher, peut être plus que la première fois et c’est elle que je choisirai plutôt que la Super Duke. C’est vraiment une meule excellente et un gros bravo à KTM pour avoir créé un nouveau genre qui semble en passe de faire des petits (Hypermotard, HP2 SM, etc)...

NOM

KTM 950 SUPERMOTO

Cadre

Cadre tubulaire en treilli

Type

Bicylindre en V a 75°, refroidissement liquide

Empattement, Chasse

1510 mm, angle de 25,4°

Distribution

Double ACT et 4 soupapes par cylindre

Suspension avant

Fourche inversée WP 48 mm, débattement 200 mm

Cylindrée

942,3 cm3 (100 x 60 mm)

Suspension arrière

Mono amortisseur WP, débattement 210 mm

Puissance

98 ch à 8000 tr/min, 9,5 mkg à 6500 tr/min

Frein avant

Double disque 310 mm, étriers radiaux brembo 4 pistons

Rapport volumétrique

11,5 : 1, zone rouge à 9500 tr/min

Frein arrière

Simple disque 240 mm, étrier double pistons

Alimentation

Carburateur Keihin 43 mm

Pneus

Pirelli Scorpion 120/70 17 AV, 180/55 17 AR

Lubrification

Carter sec

Hauteur de selle

865 mm

Embrayage

Multidisque en bain d’huile, 6 vitesses

Réservoir

17,5 litres dont 3 de réserve

Vitesse max chrono

environ 200 km/h

Poids

191 kg sans essence (KTM)

Transmission secondaire

Par chaîne (17 x 41, rapport 2,412). Primaire 1,914

PRIX 2005

11 250 EUROS
NB : Si tu attends expressément une réponse envoie-moi plutôt un mail ... Ils sont beauuux mes smileeeys !!!
MESSAGES
Le 03-02-2017 à 23:54:54

http://via1buycheap.com/ , official prescribing information for all customers !

generic_viagra
Le 03-02-2017 à 23:54:37

Or, buy http://via1buycheap.com/ , in canberra, I for the know what.

generic_viagra
Le 16-03-2013 à 00:10:00

Petit point de détail, les disques avant sont en 305

Julien
Le 03-11-2008 à 12:15:50

La nouvelle mouture 999 corrige le tir déjà précis fait avec la 950.

Ces motos sont une invitation au plaisir de rouler, sans pour autant compromettre son permis.

Vives, agiles, précises et stables (jusqu’à 150-160), aux moteurs bourrés de couple, aux freinages exceptionnels, seul regret une garde au sol un poil limitée.

Ce sont des lames dans les parties sinueuses, on rentre fort, on sort comme une balle !

Pour moi les motos les plus funs et les plus exploitables sur route, qui soient.

20/20 !

:cool :

Life
Le 03-04-2006 à 17:38:43

Pas de bol, je viens de virer ce smiley...

dlabaaalle
Le 03-04-2006 à 16:57:53

arf ! arf ! arf ! t’as bouffé un clown ?

le smiley-nunchaku il est mortel

ben
[1]