Monstre cherche dompteur

JPEG Voilà une autre moto ayant bonne presse qu’il me tardait d’essayer. Rendez vous fut donc pris, je découvre la bète en vrai. Mmmh, bien trapue, elle en jete ! Même si certaines choses sont déjà vues elle a vraiment son identité. Les pots sont bien énormes, la selle arrière minimaliste tout comme la coque arrière, à peine présente. Le réservoir est bien dessiné, le moteur mis en avant, vraiment elle me plait bien.
Hop, une pièce d’identité et on me la prépare. "Bon, t’y vas cool, là elle est full et elle peut se montrer brutale". Full ! Il a dit full !! Yeees !!! M’enfin pour ce qui est du brutal ch’uis pas un bleu bite non plus, hein, encore une fiotte qui se fait dessus quand y’a des bourrins, j’parie. Petite pression sur le démarreur, on sent qu’il a du mal à lutter contre l’inertie moteur et braoum ! Hééé bééé après quelques mêtres au guidon en fait comment dire... C’est brutal quand même ! Je dirais même plus : la moto est sensible de la poignée !

Et cette brutalité me cassera même un peu. Durant tout l’essai je suis resté sur la réserve. Pas de souci lorsque la moto est lancée, elle se contente d’envoyer du gros pâté mais à basse vitesse / bas régime faut quand même un peu aimer se battre. Dès qu’on coupe le frein moteur est bien présent. En courbe les réactions sont un peu bizarre. Je ne dis pas qu’elles sont dangereuses (ni qu’elles ne le sont pas) mais elles ne mettent pas en confiance. Lorsqu’on coupe sur l’angle le frein moteur inverse l’utilisation des suspensions, l’arrière se détend et l’avant se compresse. Je le ressentais surtout côté amorto, comme s’il n’arrivait pas à absorber toute la violence de la moto. A l’arrêt la moto m’avait pourtant semblé bien réglée, les suspensions ayant l’air en harmonie. Peut-être que d’autres réglages amoindriraient cet effet. En les raffermissant ?
Bref ce frein moteur n’est pas très agréable à gérer, peut être que ça le fait mieux avec l’habitude. L’embrayage était bizarre lui aussi, assez ferme et avec une prise ne semblant pas constante, parfois en début et parfois en fin de course. De plus je sentais le passage des rapports au levier !? Bizarre quoi. Enfin il lui est arrivé de caler plusieurs fois à basse vitesse, alors que je ne faisais rien d’autre que deccelérer. Et la boîte (dure) est chiante, trouver le point mort à l’arrêt relève d’une gageure. Que des petits trucs qui monopolise de l’attention qu’on ne peut pas porter ailleurs...
JPEG Ce côté du moteur m’a gaché le plaisir, parceque pour le reste il est plutôt sympa. Bon y’a malheureusement pas beaucoup de "senti de piston", il est vivant sans qu’on le sente palpiter comme une 1098. Pour le reste y’a ce qu’il faut. Le couple est super présent, elle s’avale des montée impossible sans sourciller. Et niveau patate ? Si elle est capable de reprend sous 2000 (en t’insultant un peu quand même ) il faut attendre 4000 pour qu’elle soit bien à l’aise. Ensuite elle se montre très pleine et on serait déjà tenté de dire qu’on en a assez pour notre bonheur. Par contre si tu t’avises de la chatouiller et d’amener l’aiguille au dessus des 6000 tr/min va falloir que tu t’accroches ! Parcequ’alors elle pulse grave ! Le moulin montre sa vraie nature dans un grondement rageur jusqu’à 9000 tr/min où le rupteur vient brutalement calmer le jeu (soit 500 tr/min avant la zone rouge ). Wahou ! Trop bon les 140 bourrins ! Quelle santé ! L’ivresse a trouvé son flacon, à consommer avec modération.
La moto s’est montrée bien stable, même lorsque j’avais la tête arrachée à 200. La position est bien pensée et on ne tend pas à trop s’accrocher au guidon, on est bien incrusté grâce au dessin du réservoir. Je n’ai rien relevé de particulier niveau chassis (à part l’histoire du frein moteur). Les freins sont des classiques Brembo serie Or qui freinent très bien sans avoir le feeling qu’offrent les derniers maître-cylindres / étriers radiaux. A l’avant comme à l’arrière y’a ce qu’il faut. Sur le modèle d’essai le frein arrière était par contre réglé beaucoup trop haut, il ne doit décidément pas y avoir grand monde qui s’en sert.
Pour le reste les deux leviers sont réglables, les commodos classiques, les rétros petits mais bien efficaces, la béquille latérale bien stable, le tableau de bord complet mais pas super facile à lire et le soleil se reflétait parfois dessus. La selle est un peu ferme sans que ce ne soit catastrophique, la position est assez naturelle. La moto ne m’a pas trop chauffé les fesses. Quant aux wheels, dangereux en première car trop violents, il sont assez facile en deuxième une fois qu’on a trouvé le régime où couper / remettre la sauce (je ne sais pas lever à l’embrayage). Mais même en seconde elle peut surprendre, mieux vaut prendre le temps de la connaitre avant de jouer avec.
JPEG Pour finir le chapitre de la fiabilité. Difficile de répondre. Le moteur a été développé par celui qui a réalisé le trois cylindres de la Benelli Tnt, qui ne semble au top dans ce domaine. Sur le modèle d’essai le feu arrière ne fonctionnait plus et j’ai eu droit à quelques calages intempestifs. La moto est de toute façon trop jeune pour avoir un vrai recul. Reste qu’à mon avis comme toutes les marques italiennes il doit falloir être un peu "compréhensif" ou tolérant sur ce plan si on ne veut pas s’en dégoûter trop vite.
En conclusion c’est ce que j’appele une moto de caractère, une moto qu’il faut apprendre à dompter pour pouvoir la savourer pleinement. J’ai adoré son coffre généreux et ses envolées dans les tours. Ajouté à sa bonne gueule et un chassis correct dans l’ensemble elle devrait arriver à en séduire un paquet. Toutefois si elle en donne beaucoup il m’en aurait fallu encore plus pour que je lui pardonne ses travers. Comme un moteur plus exploitable à bas régime et un meilleur senti des palpitations. Le twin ultime reste celui de la 1098 à mes yeux.

NOM

MOTO MORINI 1200 CORSARO

Cadre

Cadre tubulaire en treilli

Type

Bicylindre en V a 87°, refroidissement liquide

Empattement, Chasse

1440 mm, angle de 24,5°

Distribution

Double ACT et 4 soupapes par cylindre

Suspension avant

Fourche inversée Marzocchi 50 mm, débattement 120 mm

Cylindrée

1187 cm3 (107 x 66 mm)

Suspension arrière

Mono amortisseur Sachs, débattement 130 mm

Puissance

140 ch à 8500 tr/min, 12,5 mkg à 6500 tr/min

Frein avant

Double disque 320 mm, étriers 4 pistons

Rapport volumétrique

 ?, zone rouge à 9500 tr/min

Frein arrière

Simple disque 220 mm, étrier double pistons

Alimentation

Injection Marelli 54 mm

Pneus

Pirelli Diablo 120/70 17 AV, 180/55 17 AR

Lubrification

 ?

Hauteur de selle

810 mm

Embrayage

Multidisque en bain d’huile, 6 vitesses

Réservoir

17 litres (dont ? de réserve)

Vitesse max chrono

> 230 km/h

Poids à sec

198 kg

Transmission secondaire

Par chaîne

PRIX 2007

12 590 EUROS
NB : Si tu attends expressément une réponse envoie-moi plutôt un mail ... Ils sont beauuux mes smileeeys !!!
MESSAGES
Le 26-09-2016 à 12:36:50

Answers Yes, there are generics for both http://pur9cc.com/ , and Viagra.

cialis
Le 26-09-2016 à 12:36:33

Chances of of http://pur9cc.com/ , for sale vancouver losing weight weight weight weight weight weight.

cialis
Le 25-05-2009 à 19:34:07

Essayée vite fait (une dizaine de km) sur petite route autour de Nogaro :

super moteur, couple, patate, bruit etc...

bien maniable malgré son gabarit

braque mieux que ma Ducati SS, idéal pour faire 1/2 tour sans s’y reprendre à 3 fois. Quoique faire pire que Ducati en la matière il doit falloir s’y reprendre un paquet de fois.

position relax et confort correct pour ce genre de bécane (mieux qu’un Mostro)

MAIS :

boit comme un trou pour un twin 4 temps et

suspensions pas terribles, sur route bosselée ça secoue et ça pompe, désagréable et ne donne pas envie d’envoyer du pâté. Surtout avec une bécane de démo....

Bref, Mr Morini, surtout vu le prix de la bête, un petit effort : une moto c’est pas juste un moteur, et vu le prix de l’essence...

Jeff
[1]