Prix du code de la route

Les automobiles alimentées par l’électricité ont maintenant la possibilité de porter des plaques d’immatriculation de couleur verte. Voici les détails essentiels à connaître à ce sujet.

Introduites pour la première fois en décembre de l’année précédente, les plaques vertes sont accessibles tant aux nouveaux propriétaires d’automobiles électriques qu’aux détenteurs actuels. Se distinguant par une bande verte sur leur côté gauche, ces plaques conservent leur couleur blanche à l’avant et jaune à l’arrière, à l’exception de cette caractéristique distinctive. Cette initiative s’inscrit dans la démarche « Objectif zéro émission » adoptée par le gouvernement, visant à réduire progressivement l’usage des véhicules à essence et diesel d’ici 2030.

Si votre moyen de transport est une voiture fonctionnant exclusivement à l’électricité, vous êtes éligible pour ce type de plaque. Voici les informations indispensables à savoir.

Quels véhicules sont éligibles pour obtenir une plaque verte?

Uniquement les véhicules fonctionnant sur batteries électriques peuvent prétendre à obtenir ces nouvelles plaques. Ce privilège n’est pas étendu aux véhicules hybrides ou hybrides rechargeables. Les véhicules utilitaires légers, les autobus, les motocyclettes ne produisant aucune émission et les véhicules munis de piles à combustible à hydrogène sont également inclus.

Pourquoi instaurer des plaques d’immatriculation de couleur verte?

Ces plaques spécifiques ont été mises en place pour promouvoir la sensibilisation autour des véhicules à zéro émission circulant sur nos routes. Leur identification facile permet aux administrations locales de proposer des avantages aux conducteurs de véhicules électriques, tels que l’utilisation des voies de bus, la gratuité d’accès à certaines zones et des tarifs de stationnement réduits.

Lire aussi:  Location voiture sans permis pour circuler facilement en ville

Gill Nowell, membre de l’Electric Vehicle Association (EVA) en Angleterre, souligne l’impact positif de cette mesure. Selon elle, ces plaques favorisent la visibilité et l’intégration des véhicules électriques dans notre société.

L’adhésion à ces plaques est-elle obligatoire?

L’acquisition de plaques vertes n’est pas contrainte pour les propriétaires de véhicules électriques, bien qu’elles soient standard sur les nouveaux modèles. Si vous optez pour l’achat d’un nouveau modèle et préférez ne pas avoir de plaque verte, il est important d’en informer le vendeur avant l’immatriculation du véhicule.

Les plaques vertes sont-elles adoptées dans d’autres pays?

Plusieurs pays, dont la Norvège, la Hongrie, le Canada et la Chine, ont introduit les plaques vertes pour les véhicules électriques et ont observé un impact favorable sur la vente de ces véhicules.

Comment procéder pour obtenir une plaque verte?

La démarche est similaire à celle d’une demande de plaque standard. Il faut s’adresser à un fournisseur agréé, fournir des preuves d’identité et de résidence, ainsi que le droit d’usage de la marque d’immatriculation. Assurez-vous que votre véhicule est classé zéro émission pour obtenir votre plaque verte auprès d’un fournisseur agréé, tout en respectant les procédures légales requises.

Les plaques vertes vont-elles inciter plus de personnes à opter pour l’électrique?

L’efficacité de cette mesure dépendra des avantages perçus par les utilisateurs. Une étude YouGov, commandée par Nissan, indique qu’un tiers des conducteurs britanniques seraient plus enclins à choisir un véhicule électrique grâce aux plaques vertes.

Toutefois, l’opinion n’est pas unanime sur leur efficacité. Karen Parry de la Society of Motor Manufacturers and Traders (SMMT) reconnaît leur utilité mais souligne le besoin de soutiens supplémentaires, notamment des incitations financières et des investissements dans les infrastructures de recharge, pour encourager davantage le passage à l’électrique.

Lire aussi:  Essentiels sur le remplacement de pare-brise

Fonctionnement du système d’immatriculation

Le système d’immatriculation a connu plusieurs changements au fil des années. Depuis 2001, il est basé sur un cycle de renouvellement semestriel, en mars et septembre. Le format actuel comprend deux lettres indiquant la région d’immatriculation, deux chiffres reflétant la période d’immatriculation et trois lettres attribuées aléatoirement.

Laisser un commentaire